Webinar déployer Kubernetes à l’échelle sur tous les clouds

 

Mon collègue Erwan et moi-même avons animé un webinar en Français sur la gestion du cycle de vie des cluster Kubernetes.

Vous trouverez ci le lien : Vidéo gestion du cycle de vie des cluster Kubernetes

 Ci-dessous le découpage par thématique et par solution  :

    • De 0 à 23:00 Présentation générale des attentes autour de Kubernetes
    • De 23:00 à 34:35 Introduction à TKG (Tanzu Kubernetes Grid), runtime Kubernetes multi-cloud ainsi que la gestion de son cycle de vie
    • De 34:15 à 55:30 Démonstration (TKG)
    • De 55:30 à 1:03:35 Introduction à vSphere with Kubernetes (aka Projet Pacific), plate-forme pour fournir nativement des PODs Kubenetes et les services associés (réseaux, firewall, loadbalancer, stockage, …)
    • De 1:03:35 à 1:21:07 démonstration de vSphere with Kubernetes
    • De 1:21:07 à 1:26:01 Introduction à Tanzu Mission Control (TMC), solution de management unifiée de runtine kubernetes multi-cluster, multi-cloud et multi-vendors
    • De 1:26:01 à 1:36:00 Démonstration de TMC
    • De 1:36:00 à 1:42:06 Introduction et démonstration à Tanzu Service Mesh (TSM), solution de service réseau au niveau applicatif, multi-cluster, multi-cloud et multi-vendor
    • De 1:42:06 à 1:44:04 Présentation de Tanzu Observability (TO), solution de monitoring de l’infrastructure et des applications hébergées
    • De 1:44:04 à 1:50:37 Démonstration de TO
    • De 1:50:37 Conclusion

Le Cloud Hybrid comble les inconvénients du Cloud Public

C’est un constat personnel que j’ai fait, dans certains secteurs d’activité notamment là où c’est économiquement très tendu comme dans la distribution ou l’industrie, il y a une plus grande appétence au cloud public. Ils ont mis en place une stratégie Cloud Public First ou Cloud Public Only. Quand je pose la question à mes interlocuteurs habituels quelle est la raison de cette stratégie, la réponse est souvent la même, ça vient d’en haut, de la direction informatique et/ou des finances. En effet un gros contrat signé avec l’un des trois acteurs du Cloud Public à savoir Amazon pour AWS, Microsoft pour Azure ou Google pour GCP, promettant de faire de grosses économies financières. Les opérationnels eux, ne sont pas consultés dans cette décision mais ont tout de même la charge de devoir mettre en place une campagne de migration massive pour suivre cette stratégie.  Pour la majorité de ces entreprises cette stratégie est récente, d’autres ont été précurseurs et cela permet d’avoir un peu de recul sur les bénéfices et les déficits qu’elle apporte :

  • L’aspect économique doit être scruté à la loupe car il y aura des mauvaises surprises, c’est sûr. Les éléments à prendre en compte :
    • Le gabarit des machines virtuelles. Un certain gabarit de machine virtuelle en ressource processeur et mémoire sera plus favorable au Cloud Public. Ce gabarit permet à l’hébergeur de faire fonctionner un nombre optimal de machine virtuelle sur un hôte physique et donc mieux amortir le coût de la machine physique. Alors que d’autres gabarits seront plus favorables au cloud privé. Il faut bien vérifier le coût du gabarit à migrer avant de faire le transfert.
    • La saisonnalité. Si votre application a des saisonnalités comme par exemple en période de solde, elles vont nécessiter des ressources physiques à la hausse durant cette période puis à la baisse une fois cette période terminée. L’élasticité native présente dans le Cloud Public évite des investissements en matériel et en logiciel d’infrastructure pour une utilisation périodique faible.
    • La périodicité. Si des environnements peuvent fonctionner sur une plage horaire partielle comme par exemple, la journée ou la nuit, ils permettent de payer l’infrastructure uniquement durant ces périodes d’utilisation et non pas tout le temps comme ça serait le cas sur un environnement On-Premise.
    • Les flux réseau. Les flux entrants vers le cloud public sont gratuits par contre les flux sortants sont dans la plupart des cas facturés, c’est un élément à prendre en compte si vous avez des échanges inter application ou si vous devez faire des exports de model de données volumineux.
    • Les services additionnels. Certains services comme une adresse IP publique ou encore des load balancer peuvent être commander (donc payés) à la demande puis associés à des VMs. Lorsque que la VM est détruite, les services associés ne sont pas “décommissionés” pour autant et continueront à être facturés.
    • Pour éviter les surprises il faut se doter d’un outil (eg : CloudHealth) qui vous donnera une visibilité pertinente de la consommation à l’instar d’un tableau de bord d’un d’avion. Il proposera ainsi des économies en identifiant les ressources mal, peu ou pas utilisées.
  • L’aspect services à valeur ajoutée comme l’intelligence artificielle ou le machine learning apportent un bénéfice indéniable car ce genre de service est difficile à obtenir On-Premise.
  • L’aspect agilité est là aussi un point fort au cloud public, avoir des ressources à la demande et les libérer quand on en a plus besoin.
  • L’aspect couverture géographique international est intéressant mais ne pourra pas se faire avec un hébergeur unique car pour des raisons réglementaires et/ou politiques, les trois acteurs principaux ne sont pas présents dans certains pays comme en Russie.

Il y a plusieurs possibilités pour aller dans le cloud public, il faut soit développer ses applications directement dessus, soit avoir une application basée sur des containers pour les transférer sans les retoucher, mais pour les autres qui sont la grande majorité des cas, il faudra les transformer. En effet il y a une forte chance que le format des VMs qui hébergent les applications dans vos Data Center On-Premise soit différent de celui des VMs du cloud public, il faudra donc les transformer. Il existe des outils pour les transformer mais ils fonctionnent correctement que si ce sont des applications simples.

Une fois que vous êtes dans le cloud public, êtes-vous sûr d’y rester ? Que faire si les coûts d’hébergement augmentent ou si les éditeurs des applications changent leur mode de tarification lorsqu’elles sont hébergées sur le Cloud Public ? Que faire si l’hébergeur devient un concurrent dans votre secteur d’activité, si les performances, le niveau de service ou les services ne sont pas au rendez-vous ? Comment faire des retours arrière, car cela nécessiterait une deuxième transformation pour revenir sur l’On-Premise et voire une troisième si c’est pour aller ensuite vers un autre hébergeur ?

La transformation n’est pas si simple, elle comporte des indisponibilités de service, des risques techniques et financiers et est très chronophage. Le coût de cette transformation et l’évaluation des risques associés ne sont pas pris en compte dans le coût de cette stratégie.

Alors comment éviter une telle transformation et pouvoir être libre de changer d’hébergeur tout en respectant la stratégie de son entreprise exigeant d’aller vers le Cloud Public ?

Il existe une solution moins radicale et plus agile, si vos applications sont hébergées sur l’hyperviseur vSphere ce qui doit représenter environs plus de 80% des cas, vous pouvez commander directement un SDDC VMware (Software Defined Data Center : Data Center virtualisé) chez l’hébergeur de votre choix, Atos, AWS, Azure, GCP, Oracle, OVH et bien d’autres avec pas loin de 4500 partenaires (VMware Cloud Verified Partner). Cela se fait en général directement à partir de la Market Place de l’hébergeur (Exemple : Azure VMware Solutions), ou directement chez VMware dans le cas d’AWS seulement (VMware Cloud On AWS) Ce processus prend environs 2 heures et vous avez ensuite un environnement complet serveur, stockage, réseau et sécurité qui vous ait dédié. Cet environnement est aussi basé sur l’hyperviseur vSphere, ce qui permet d’exécuter vos applications sans avoir à les transformer. La virtualisation du réseau permet de reproduire la topologie de votre réseau actuel sans avoir à modifier les adresses IP des serveurs et des applications. Vos applications s’exécutent ainsi comme chez vous mais dans le Data Center d’un Cloud Public à proximité des services natifs de l’hébergeur, comme montré dans le schéma qui suit, exemple sur AWS :

Vous avez ainsi le meilleur des deux mondes. Vos applications consomment des services natifs via les APIs et si vous souhaitez changer d’hébergeur, vous déplacez votre application vers le nouvel hébergeur et modifiez uniquement les appels API à ces services natifs. Et même cette partie peut être éviter en utilisant un “Wrapper” qui sera adresser les spécificités des APIs de chaque fournisseur. Il n’est donc pas nécessaire de transformer l’application complète. 

Maintenant que vous avez un SDDC chez un cloud public, comment déplacer simplement ses applications ?

Il est possible d’utiliser la méthode classique, c’est à dire faire un vMotion entre les deux environnements comme il est possible de le faire On-Premise depuis plusieurs années, ce qui fut une des forces de l’hyperviseur vSphere, ou utiliser l’outil de migration HCX qui permet de faire des migrations à chaud ou à froid, en masse, planifiable tout en bénéficiant d’une optimisation réseau pour que les migrations durent moins longtemps.

Le Cloud Public offre beaucoup de services innovants qu’il ne faut pas hésiter à utiliser. Par contre, il ne faut pas vous “verrouiller” avec un acteur, il faut que vos applications soient mobiles. La meilleure approche pour cela est de minimiser au maximum les dépendances. Cela passe par la modification partielle du code de l’application, en modifiant uniquement l’appel aux services natifs (ou passer par un “wrapper” d’API) et de garder son hébergement sur un format de VM qui garantira sa mobilité. Il n’y aura pas de “verrouillage” commercial avec VMware car les SDDC se contractualisent directement avec les fournisseurs des Cloud Public, sauf pour AWS où vous avez le choix de contractualiser avec VMware ou AWS.

VeloCloud, le SD-WAN par VMware

Souvent les sites distants sont “délaissés” par rapport au Data Center principal et pourtant ils sont bien souvent nombreux et ont une part prépondérante dans l’activité des entreprises, Ils sont la partie “production” : Aéroports, agence, magasins, laboratoires, usines, entrepôts, hôtels, … Ils ont besoins d’accéder à des applications et des données hébergées en central et/ou sur des cloud publics, cela nécessite donc d’avoir un réseau de communication fiable, résiliant, performant ainsi qu’une administration simple et centralisée.

Le Software Defined WAN (SD-WAN) permet au-dessus d’un réseau physique existant, de créer un réseau WAN virtuel à l’instar d’un vrai Software Defined Network (SDN). La solution VeloCloud (acquise par VMware en 2017), agrège les capacités de plusieurs liens réseaux de différentes technologies (Internet, ADSL, MPLS, …) pour les utiliser comme un seul lien et ainsi gagner en performance et en résilience. Ils sont “monitorés” en temps réels et de manière continue (Bande Passante, Latence, Jitter , paquets perdus, …) cela permet ainsi à une application de bénéficier à tout moment du ou des meilleurs liens en fonction de sa criticité .

Les sites distants peuvent bénéficier de nouveaux services auxquels ils n’avaient pas droit auparavant comme des vidéos pour des conférences, des formations, des voeux de fin d’année ou tout autre message d’entreprise.

Il est possible de prioriser certains flux par rapport à d’autres de façon à garantir une qualité de service. il est même possible de spécifier quelles applications ont droit d’utiliser plusieurs liens réseaux et celles qui ont le droit d’en utiliser qu’un. Tout se fait par application de politique de niveau de service définies en central.

Concernant les applications en mode SaaS ou hébergées chez des Cloud Public, les sites distants peuvent y accéder directement sans avoir à repasser par un site central. Cela se fait grâce à des gateway hébergées directement dans les data center où sont installées ces applications, comme le montre l’exemple ci-dessous où il est possible de télécharger les gateway pour AWS et Azure via leur marketplace.

 

Les performances sont ainsi optimales sans compromettre la sécurité car les règles de sécurité restent gérées en centrale par l’administrateur.

 

Vous avez même la possibilité de la renforcer en la couplant avec le partenaire avec qui vous avez l’habitude de travailler : https://www.velocloud.com/partners

 

 

Concernant les déploiements, ils sont de type Zero Touch, que l’on opte pour des boitiers physiques ou virtuels, la configuration se fait par application automatique de profils. Il n’est plus nécessaire d’envoyer des compétences pointues sur chaque site, les déploiements sont ainsi beaucoup plus rapides et beaucoup moins couteux.

 

 

En résumé

  • Utilisation de plusieurs types de liens réseau pour augmenter la bande passante et la résilience
  • Accès aux applications Cloud optimisé sans repasser par le site central
  • Réduction du temps de déploiement avec le zéro touch et par application de profile, pas besoin d’envoyer de compétences pointues
  • Visibilité sur la performance des applications et sur les défaillances des liens réseau
  • Application de politique en fonction du niveau de service attendu, exemple : Bronze 1 seule ligne utilisée, gold 2 lignes utilisées
  • Segmentation des flux réseaux par type d’application et application de priorités

Kubernetes en mode SaaS ?

Comme je le disais dans l’article sur la transformation digitale (http://loeilduse.fr/?p=295), la nouvelle monnaie c’est la rapidité.

Alors comment développer et déployer des Cloud Native Apps rapidement tout en bénéficiant d’un support éditeur de type entreprise sur lequel on peut s’appuyer ? 

VMware propose (pour le moment) deux offres qui intègrent l’orchestrateur de containers Kubernetes. L’une est OnPremise et l’autre en mode SaaS hébergée chez AWS. Les deux solutions ont en commun, le support de VMware et utilisent le Kubernetes issue du CNCF (Cloud Native Computing Foundation https://www.cncf.io) et vous assure que vos développements seront pérennes même si vous les faites fonctionner avec une autre solution Kubernetes compatible CNCF.

La première solution, PKS (VMware Pivotal Containers as a Service : http://loeilduse.fr/?p=158) est une solution généralement installée sur un environnement vSphere même si elle peut aussi s’installer sur environnement GCP ou AWS. Bien qu’elle soit simple à installer et à maintenir, il faut malgré tout le faire.

La dernière née est VKE (pour VMware Kubernetes Engine) VMware Cloud PKS , elle est accessible en mode SaaS et hébergée chez AWS (sera portée sur Azure par la suite). Elle s’adresse aux clients qui ne souhaitent pas avoir à gérer l’installation et le maintien en condition opérationnelle de l’environnement Kubernetes. L’environnement est immédiatement disponible et évolutif à la demande. Là où on aura un gain avec VMware Cloud PKS par rapport à PKS OnPremise ou toute offre OnPremise, c’est la possibilité de créer un cluster Kubernetes en moins de 90 secondes et de l’utiliser immédiatement. Intéressant lorsque l’on veut démarrer un projet rapidement ou que l’on a besoin d’un usage éphémère.

Lors de la création d’un cluster “Smart Cluster” vous avez le choix entre un type Développement et un type Production.

Pour le type Production chaque Smart Cluster bénéficie de son réseau virtuel isolé et dédié, d’une connexion avec les VPC AWS externe et une répartition des Master Kubernetes sur les 3 “Avaibility Zone” d’AWS pour assurer la haute disponibilité.

En plus d’assurer la disponibilité, les Smart Cluster s’occupent aussi de l’élasticité en ajoutant/retirant automatiquement des Worker Nodes en fonction de la charge et des ressources disponibles.

Chaque Smart Cluster bénéficie d’un Ingress Controler et d’un Load Balancer.

Ils bénéficient aussi de volumes de stockage afin d’assurer la persistance des données générées par les applications

VMware Cloud PKS offre un Role-Based Access (RBAC) permettant d’attribuer des permissions et facilite l’organisation des applications développées.

Le paiement du service est à l’usage et peut être interrompu à tout moment.

Pourquoi PKS (VMware Pivotal Container Service)

Après les VMs, les containers, c’est autour des orchestrateurs de containers de rencontrer un vif succès, mais dans ce domaine les modes ont été éphémères, il y en a un qui sort son épingle du jeu c’est Kubernetes et cet engouement à l’air de s’installer. Je n’ai pas rencontré un client qui ne me parle de ça. Ils ne sont pas tous au même niveau de connaissance et d’appétence mais tous y vont, certes à tâtons car c’est un monde nouveau mais ils y vont. Pour être rassurés, les clients souhaitent se reposer sur des éditeurs pérennes, en qui ils ont confiance, qui ont des solutions robustes et un support fiable. C’est une des raisons pour laquelle PKS est rassurante.

PKS est une solution issue du partenariat entre VMware, Pivotal et Google où chacun apporte sa contribution. D’un point de vu macroscopique VMware apporte la partie registre des containers ainsi que la virtualisation du réseau et de la sécurité, Pivotal apporte la partie gestion du cycle de vie des cluster Kubernetes et Google son orchestrateur de containers kubernetes.

PKS ne modifie pas Kubernetes et n’apporte pas de surcouche ou d’interface intermédiaire. Le Kubernetes qui est utilisé n’est pas non plus un “fork” (une sous branche) mais belle est bien celui de Google, toutes les APIs et les lignes de commande ainsi que les applications que vous allez développer seront compatibles avec un Kubernetes hors PKS. A quelques semaines près vous aurez toujours la dernière version stable de Kubernetes qui sera supportée.

Lorsqu’il est hébergé sur le data center privé, PKS repose sur le SDDC (Software Defined Data Center) de VMware, il utilisera à minima les ressources vSphere et idéalement s’appuiera sur vSAN et NSX. Certains éléments de kubernetes seront surveillés est relancés par PKS, certains éléments de PKS quant à eux seront surveillés et relancés par vSphere HA. Grace à PKS, Kubernetes utilisera de manière transparente la partie stockage de vSphere pour le stockage éphémère ou pour le stockage persistant, lorsque vSAN est présent, les classes de stockage Kubernetes ou les volumes Docker pourront bénéficier des politiques de stockage de vSAN comme par exemple définition de la tolérance aux pannes (FTT). PKS couplé à NSX offre un vrai SDN et une sécurité accrue. Les fonctionnalités de routage, switching et sécurité sont intégrées et distribuées aux hyperviseurs ce qui offre de meilleures performances, une meilleure scalabilité et une plus grande sécurité.  Lorsque des pod Kubernetes sont déployés, les réseaux, les routeurs et les services tels que le load balancing sont automatiquement provisionnés. Les Network Policy utilisé par Kubernetes permettent de définir des règles de sécurités qui sont traduites par des règles de firewall NSX (des vraies pas des ACLs). Il est possible de définir des règles de sécurités inter Pod. Encore une fois c’est transparent pour le développeur, il a juste besoin de connaitre les commandes/API kubernetes et Docker.

 

 

Pour connaitre les flux réseaux, la fonctionnalité Traceflow permet de les visualiser entre deux composants parmi les critères suivants logical switch, VM, IP et MAC. 

Si des règles de sécurité firewall ont bloquées les communications, elles seront aussi affichées ce qui permettra de vite identifier quelle règle est en cause.

 

PKS permet de créer des cluster Kubernetes à la demande. Chaque cluster Kubernetes est indépendant et isolé, plusieurs versions de Kubernetes peuvent résider sur une même plate-forme mais aussi pour plusieurs usages, dev, tests, pré-prod, … ou encore plusieurs “tenant” (colocation. Si vous possédez un portail self service tel que vRA (vRealize Automation), vous pouvez proposer un blueprint Kubernetes As A Service et offrir à un développeur ou à une équipe de développeurs de provisionner de manière automatisée des cluster Kubernetes.

PKS permet de gérer le cycle de vie complet des cluster kubernetes et de ses composants allant de l’installation, des mises à jour, de l’application de patches et le “scaling” du cluster, le tout à chaud.

 

PKS intègre un registre des containers privés (Harbor) pour y déposer vos images que vous ne souhaitez pas mettre sur un registre public. Il intègre une gestion des rôles d’accès (RBAC). Harbor peut scanner les images à la recherche de vulnérabilités, signer les images et répliquer les images sur un autre registre de containers. 

 

Si vous utilisez vROps (vRealize Operations) vous aurez la possibilité de surveiller vos clusters Kubernetes ainsi que l’infrastructure qui l’héberge et avoir ainsi des corrélations de performance et d’incidents.

 

 

Pour monitorer le fonctionnement des applications et/ou les métriques métiers comme par exemple le nombre de transaction par seconde, vous pouvez utiliser WaveFront :

 

 

Pour résumer les avantages de PKS :

  • Dernière version stable de Kubernetes natif de Google, même lignes de commandes, même API. Pas de surcouche !
  • Gestion complète du cycle de vie de Kubernetes, installation, mise à jour, application de patch et scalabilité.
  • Kubernetes As A Service, des cluster Kubernetes à la demande indépendant et isolé.
  • Utilisation du SDDC VMware permettant d’avoir un environnement Kubernetes résilient, performant et sécurisé.
  • Provisionnement automatique et natif de load balancer, réseaux, règles de sécurité et niveaux de service stockage.
  • Possibilité de monitorer l’infrastructure complète et les applications.

 

Les avantages non techniques :

  • Gain de temps en formation et en développement : les développeurs non que Kubernetes et Docker à connaitre.
  • Risques réduits : PKS est supportée par VMware et repose une plate-forme SDDC sécurisée.

Pour plus d’information https://cloud.vmware.com/fr/pivotal-container-service/resources

Pour la tester : http://labs.hol.vmware.com/HOL/catalogs/lab/4249 

Pourquoi VMware Cloud On AWS (AKA VMC)

VMC on AWS c’est le SDDC (Software Defined Data Center / Data Center logiciel) de VMware hébergée sur les infrastructures physiques d’AWS. Elle permet d’avoir un Data Center agile et programmable sans avoir à le gérer. Lorsqu’il est couplé à un Data Center privé on obtient un réel Cloud Hybrid, c’est à dire une administration centralisée commune des deux, la possibilité de migrer à chaud et à froid les workloads de l’un vers l’autre, de synchroniser les templates de VMs et d’étendre les réseaux (niveau 2 et 3) afin d’avoir le même plan d’adressage. La condition minimale pour avoir un cloud hybrid est d’avoir au moins l’hyperviseur vSphere sur son Data Center privé, sinon on n’a juste un cloud public SDDC VMware hébergé chez AWS (et c’est déjà très bien).

 

Je ne vais pas aborder les avantages du Cloud Public et du SDDC, je pars du principe qu’ils sont connus. Cependant, je vais aborder les points de vigilance auxquels ont fait face certains de mes clients :

 

  • Pour être efficient, il faut connaître l’architecture de l’infrastructure sous-jacente (réseau, stockage, serveur, sécurité, …).
  • Il faut que l’application soit développée en intégrant dans son design la prise en compte de panne des différents éléments constituant l’infrastructure.
  • Pour les applications existantes, il faut transformer les VMs car elles n’auront surement pas le même format.
  • Intégrer un nouveau model opératoire pour lequel il faut prévoir, de nouveaux outils d’administration à acquérir et à connaître, de nouveaux scripts d’administration à écrire ou à adapter, de nouvelles compétences à recruter et former celles existantes.
  • Appréhender une nouvelle gouvernance et de nouvelles règles de sécurité.
  • Il faut prévoir un retour arrière, les intérêts que vous avez trouvé à un hébergeur (notamment tarifaires) peuvent ne plus correspondre dans le futur.

 

Quels sont les principaux avantages techniques que trouvent les clients à utiliser VMC, notamment ceux qui ont déjà une infrastructure à base de vSphere ?

 

  • Une infrastructure qui leur est dédiée, donc une plus grande sécurité car elle n’est pas partagée par d’autres clients et des performances prédictibles car ce sont uniquement ses propres applications qui y fonctionnent.
  • Pas de besoin de transformer les VMs et les applications, le format et le même que sur les hyperviseurs vSphere de leur Data Center privé.
  • Une réversibilité, du fait d’avoir le même format, s’ils changent d’avis ils peuvent (re)transférer leurs VMs sur leur Data Center privé.
  • Un mode opératoire et des compétences identiques à ce qu’ils ont pour leur environnement vSphere sur leur Data Center privé, les investissements antérieurs sont ainsi pérennisés.
  • Être au plus proche des services AWS. Si vos applications hébergées sur votre Data Center privé ont besoin d’accéder aux services AWS, elles doivent passer par Internet ou par un lien direct connecte et les trafics réseaux sortants d’AWS vous seront facturées. Lorsqu’elles sont hébergées sur VMC, elles sont au plus proche des services AWS, vous allez gagner en performance et leurs échanges ne seront plus facturés.

 

Comment bénéficier de VMC et qui contacter en cas de problème ?

 

  • Au moment de la rédaction de cet article, le seul moyen d’y bénéficier et de passer par vos contacts VMware habituels. 
  • En cas d’incident, quel qu’y soit, VMware est votre interlocuteur unique.

 

La création du SDDC hébergé chez AWS, se fait directement via le site de VMware en l’associant à un compte et à un VPC AWS.

 

Contrairement à un Cloud Public, vous n’achetez pas de VMs ou des services applicatifs mais bien des ressources physiques bénéficiant du SDDC de VMware, le minimum pour démarrer c’est un cluster de quatre hyperviseurs puis si besoin des incréments d’au moins un hyperviseur. Un hyperviseur vient avec ses processeurs, sa mémoire et sa capacité de stockage. La tarification est basée sur le même principe.

Les cas d’usages constatés sont ceux d’un Data Center classique plus ceux qui figurent dans le schéma ci-dessous :

 

Les avantages non techniques constatés sont :

  • Ne plus avoir à gérer les acquisitions d’infrastructure bas niveau, le cycle de vie, la gestion des changements, les opérations de maintenance, la formation du personnel.
  • Libérer du temps et du budget aux services plus proche des métiers de l’entreprise.
  • Un accroissement de l’agilité, désormais un projet peut démarrer de zéro en quelque heures et adapter ses besoins en ressources en quelques minutes si nécessaire.
  • Être libre de choisir son hébergeur et d’y changer si besoin.
  • Récupérer les budgets qui auraient dû être alloué à la transformation applicative, à la formation et à l’adaptation d’outils.
  • Diminuer les risques, en utilisant une plate-forme au comportement connu et maitrisé.
  • Garder la gouvernance habituelle.

Pour plus d’information, je vous invite à visiter le site de VMware sur ce sujet : https://cloud.vmware.com/fr/vmc-aws