Pourquoi VMware Cloud On AWS (AKA VMC)

VMC on AWS c’est le SDDC (Software Defined Data Center / Data Center logiciel) de VMware hébergée sur les infrastructures physiques d’AWS. Elle permet d’avoir un Data Center agile et programmable sans avoir à le gérer. Lorsqu’il est couplé à un Data Center privé on obtient un réel Cloud Hybrid, c’est à dire une administration centralisée commune des deux, la possibilité de migrer à chaud et à froid les workloads de l’un vers l’autre, de synchroniser les templates de VMs et d’étendre les réseaux (niveau 2 et 3) afin d’avoir le même plan d’adressage. La condition minimale pour avoir un cloud hybrid est d’avoir au moins l’hyperviseur vSphere sur son Data Center privé, sinon on n’a juste un cloud public SDDC VMware hébergé chez AWS (et c’est déjà très bien).

 

Je ne vais pas aborder les avantages du Cloud Public et du SDDC, je pars du principe qu’ils sont connus. Cependant, je vais aborder les points de vigilance auxquels ont fait face certains de mes clients :

 

  • Pour être efficient, il faut connaître l’architecture de l’infrastructure sous-jacente (réseau, stockage, serveur, sécurité, …).
  • Il faut que l’application soit développée en intégrant dans son design la prise en compte de panne des différents éléments constituant l’infrastructure.
  • Pour les applications existantes, il faut transformer les VMs car elles n’auront surement pas le même format.
  • Intégrer un nouveau model opératoire pour lequel il faut prévoir, de nouveaux outils d’administration à acquérir et à connaître, de nouveaux scripts d’administration à écrire ou à adapter, de nouvelles compétences à recruter et former celles existantes.
  • Appréhender une nouvelle gouvernance et de nouvelles règles de sécurité.
  • Il faut prévoir un retour arrière, les intérêts que vous avez trouvé à un hébergeur (notamment tarifaires) peuvent ne plus correspondre dans le futur.

 

Quels sont les principaux avantages techniques que trouvent les clients à utiliser VMC, notamment ceux qui ont déjà une infrastructure à base de vSphere ?

 

  • Une infrastructure qui leur est dédiée, donc une plus grande sécurité car elle n’est pas partagée par d’autres clients et des performances prédictibles car ce sont uniquement ses propres applications qui y fonctionnent.
  • Pas de besoin de transformer les VMs et les applications, le format et le même que sur les hyperviseurs vSphere de leur Data Center privé.
  • Une réversibilité, du fait d’avoir le même format, s’ils changent d’avis ils peuvent (re)transférer leurs VMs sur leur Data Center privé.
  • Un mode opératoire et des compétences identiques à ce qu’ils ont pour leur environnement vSphere sur leur Data Center privé, les investissements antérieurs sont ainsi pérennisés.
  • Être au plus proche des services AWS. Si vos applications hébergées sur votre Data Center privé ont besoin d’accéder aux services AWS, elles doivent passer par Internet ou par un lien direct connecte et les trafics réseaux sortants d’AWS vous seront facturées. Lorsqu’elles sont hébergées sur VMC, elles sont au plus proche des services AWS, vous allez gagner en performance et leurs échanges ne seront plus facturés.

 

Comment bénéficier de VMC et qui contacter en cas de problème ?

 

  • Au moment de la rédaction de cet article, le seul moyen d’y bénéficier et de passer par vos contacts VMware habituels. 
  • En cas d’incident, quel qu’y soit, VMware est votre interlocuteur unique.

 

La création du SDDC hébergé chez AWS, se fait directement via le site de VMware en l’associant à un compte et à un VPC AWS.

 

Contrairement à un Cloud Public, vous n’achetez pas de VMs ou des services applicatifs mais bien des ressources physiques bénéficiant du SDDC de VMware, le minimum pour démarrer c’est un cluster de quatre hyperviseurs puis si besoin des incréments d’au moins un hyperviseur. Un hyperviseur vient avec ses processeurs, sa mémoire et sa capacité de stockage. La tarification est basée sur le même principe.

Les cas d’usages constatés sont ceux d’un Data Center classique plus ceux qui figurent dans le schéma ci-dessous :

 

Les avantages non techniques constatés sont :

  • Ne plus avoir à gérer les acquisitions d’infrastructure bas niveau, le cycle de vie, la gestion des changements, les opérations de maintenance, la formation du personnel.
  • Libérer du temps et du budget aux services plus proche des métiers de l’entreprise.
  • Un accroissement de l’agilité, désormais un projet peut démarrer de zéro en quelque heures et adapter ses besoins en ressources en quelques minutes si nécessaire.
  • Être libre de choisir son hébergeur et d’y changer si besoin.
  • Récupérer les budgets qui auraient dû être alloué à la transformation applicative, à la formation et à l’adaptation d’outils.
  • Diminuer les risques, en utilisant une plate-forme au comportement connu et maitrisé.
  • Garder la gouvernance habituelle.

Pour plus d’information, je vous invite à visiter le site de VMware sur ce sujet : https://cloud.vmware.com/fr/vmc-aws