C’est gratuit ! ?

€€€€

Combien de fois j’ai entendu cette phrase : Hyper-V et OpenStack c’est gratuit ! ? des centaines de fois, ou encore VMware c’est le top mais ça coute cher.

Certe les solutions VMware ont un coût, il est induit principalement par la recherche et développement et par la valeur ajoutée qu’elles apportent. La cherté subsiste s’il n’y a pas de valeur constatée. Pour faire un comparatif objectif, il faut prendre en compte toute la chaine de coûts et non pas seulement la partie CAPEX (acquisition) des licences, il faut intégrer la partie OPEX (opérationnelle) et tous les autres paramètres induits. Il existe beaucoup d’études comparatives qui démontrent la réalité des choses, je vais lister ici les éléments de ce qui m’a été remonté par mes clients.

Sur la partie hyperviseur :

  • vSphere a la meilleure densité VM par serveur sans compromettre sa stabilité. Sur un serveur ça peut-être paraître négligeable mais sur un grand nombre ça ne l’est plus. Un serveur a bien sûr un coût mais aussi, prend de la place en salle machine, consomme de l’énergie électrique et en climatisation, il consomme occupe aussi des ports réseau et éventuellement SAN. Les applications avec une tarification à la CPU nécessitent moins de licences.
  • vSphere à un noyau léger et stable, il consomme très peu stockage et subit très peu de panne ce qui induit beaucoup moins d’incidents à gérer.
  • Les opérations d’administration du quotidien prennent moins de temps, déplacement à chaud de VMs, déploiement de nouveaux hyperviseur, configuration réseau et stockage
  • vSphere fonctionne comme une ferme d’hyperviseur où toutes les ressources sont fédérées, mutualisées, l’équilibrage des charges se fait automatiquement et libère tu temps à l’administrateur pour qu’il se consacre à des tâches plus gratifiantes.

Sur la partie Cloud, on me mettait souvent en compétition avec les solutions Open Source comme OpenStack, il y a quelques années elles avaient le vent en poupe, c’est beaucoup moins le cas maintenant. Les arguments étaient, c’est gratuit et ce n’est pas vendor lock-in. Dans les fait ce n’est pas le cas, force est de constaté, ce qui n’est pas dépensé chez un éditeur doit l’être en ressource humaine pour développer et maintenir toute l’automatisation déjà présente dans les solutions payantes. Quelques exemples de ce qui est à développer sur OpenStack et qui est natif dans vRA (vRealize Automation) :

  • L’installation de vRA est beaucoup plus simple, en quelques heures on a un cloud opérationnel.
  • Nativement vRA intègre de la gouvernance basée sur des “Policies” (qui à le droit de faire quoi), des workflows d’approbation, les baux d’expirations, tout le cycle de vie d’un déploiement, un designer graphique de blueprint, …

Bref rien n’est gratuit, tout à un prix, tout à un coût. Il faut faire des comparaisons en prenant en compte toute la chaine et identifier les éléments qui ont de la valeur pour vous.